Les Belges brillants en Champ. du Monde et Champ.d’Europe motocross

Avec sa double victoire lors de la récente manche française du Championnat du Monde, Clément Desalle poursuit sa marche victorieuse. Jeremy Van Horebeek continue quant à lui de suivre brillamment le rythme des meilleurs. Dans le championnat d’Europe, les jeunes talents Jago Geerts et Brent Van donninck affirment quant à eux leurs ambitions. Retour sur les résultats déjà enregistrés cette saison.

Après 9 des 17 Grands Prix, la lutte pour le titre en MXGP semble se présenter comme une lutte sous haute tension opposant le champion en titre, l’Italien Antonio Cairoli à Clément Desalle et à la star montante, Jeremy Van Horebeek. Ce dernier dimanche, c’est Desalle qui a enlevé les deux manches du Grand Prix de France pendant que Van Horebeek terminait à de brillantes 3e et 2e places. Au classement final du MXGP de France, nos compatriotes trustaient 1er et 2e rangs devant leur rival italien.
Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule pour les amateurs de sport moto, la VRT (Sporza) a en outre annoncé qu’elle reprenait la retransmission des MXGP.
Dans les derniers 3 MXGP et plus particulièrement lors des 5 dernières manches disputées, Clément Desalle s’est montré le plus fort au point de se rapprocher à 20 points de Cairoli, leader de la compétition. Cette différence au classement provisoire du Championnat du Monde est petite si l’on considère qu’il y aura encore 400 points à gagner lors des 8 prochains MXGP.

Van Horebeek figure pour l’heure à la 3e place de ce classement provisoire, à 15 points de Desalle. Kevin Strijbos, le troisième Belge dans ce top du MXGP, est 4e à distance respectable de Van Horebeek mais avec une solide marge sur Gautier Paulin (France).

Il était attendu que Clément Desalle améliorerait sa condition physique au fil de la saison. En effet, à l’issue d’une grande saison 2013, il fut victime d’une très grave blessure à l’épaule lors du MX des Nations disputé en septembre. Le traitement de cette blessure et la réadaptation ont pris beaucoup de temps, ce qui explique qu’il débuta cette saison 2014 avec un retard certain dans sa préparation physique. Sylvain Geboers, team manager général de Suzuki dont Desalle est pilote, a bien compris cette situation et a tenu compte de ces circonstances pour accepter une entame de saison moins tranchante. Néanmoins, Desalle a rapidement pris place sur le podium, remportant sa première manche de la saison dès le 5e MXGP.

Sur un nuage

Joel Smets (Coach de la FMB) : « J’estime qu’actuellement, Clément Desalle se rapproche tant physiquement que mentalement de sa meilleure forme. Quand vous gagnez 5 des 6 dernières manches, vous surfez sur une vague positive. Cela peut engendrer une prise de risques supplémentaire mais pas dans le cas de Clément car il est réaliste et clairvoyant. »
En outre, Antonio Cairoli est moins dominant et peut aussi commettre des fautes... « L’Italien n’est pas moins fort, juge Joël Smets. Par le passé il a déjà commis des fautes mais la différence est que la concurrence n’en profitait pas ! Cette concurrence est bien plus large cette année. En Espagne, Cairoli  était 6e dans le 1ère manche. Il faut chercher loin dans le passé pour trouver trace de tels résultats. La saison dernière déjà, Jeremy Van Horebeek et Gauthier Paulin, deux jeunes lions venant de la MX2, n’acceptaient pas la suprématie de Cairoli. Il semble d’ailleurs que la confiance collective de la concurrence est croissante. Jusqu’il y a peu, ses concurrents avait trop de respect pour Cairoli et trop peu de confiance dans leur potentiel pour le battre. Jeremy Van Horebeek roule depuis un an déjà à un très haut niveau, il est solidement ancré dans sa progression et on s’attend à une prochaine victoire en MXGP. »

Cependant, une telle victoire n’est absolument pas une obsession pour le jeune pilote :
« Aussi longtemps que je me retrouve sur le podium je suis satisfait. Jusqu’à ce jour, j’ai conquis plus de podiums que les autres. Rester consistant et toujours terminer dans les 3 premiers est la meilleure des choses. On en sera récompensé à la fin de la saison. »

« Pour le moment il doit travailler ses départs mais il parvient toujours à améliorer sa position une fois la course démarrée, » précise encore Joël Smets.

Jeunes

Ce ne sont pas seulement nos aînés qui se comportent brillamment. Le talent s’affiche également chez les jeunes Belges. Le motocross connait en Belgique depuis quelques années de graves problèmes liés aux terrains d’entraînements mais malgré cela, des jeunes talents se révèlent et ceux-ci sont ceux qui dès le premier âge partent à l’étranger pour apprendre et pour s’entraîner en participant à des championnats.
Le jeune Jago Geerts (14 ans) réalise une très forte saison en championnat d’Europe 85cc. Récent vainqueur du championnat Hollandais open en 85cc, il a remporté le week-end dernier une deuxième et une première place dans la manche Néerlandaise du championnat d’Europe 85cc réservé à la région “Nord-Ouest”.
Après 3 épreuves, il figure à la 2e place du championnat, 10 points derrière Jorge Prado Garcia, un jeune pilote Espagnol roulant sous licence F.M.B. Jago Geerts est par ailleurs certain de pouvoir participer à la finale  Européenne les 12 et 13 juin en Finlande.

Geerts est encadré par “Motorsport Future”, une initiative de Joël Smets.
« Jago est sensé et intelligent dans ses actions sportives, précise Joël Smets. Dans le sable, il est vraiment l’un des tout meilleurs. »
Yves Devlaminck, coach des jeunes à la FMB, le couvre également de louanges : «  Je l’ai vu en France dans la boue et sur une piste dure comme du béton, ce qu’il ne connaissait pas, n’ayant jusque-là roulé que sur du sable. Mais la façon dont il a évolué était clairement une illustration de son immense talent. Intelligent et très technique, vraiment impressionnant ! Le résultat final n’était pas top et cela m’importe peu. Ce qui importe, c’est bien la manière avec laquelle il a géré cela, vraiment un phénomène ! »

Enfin, il y a encore un jeune de 18 ans, Brent Vandonick, qui en EMX 250cc dans le cadre des Grand Prix Européen se distingue d’une belle manière. Sa saison débuta lentement mais deux 2e places en Grande Bretagne le 25 mai lui ont apporté une victoire finale assortie de la 3e place au classement provisoire du championnat. Joël Smets jette un œil intéressé sur ces manches annexes du MXGP : « J’ai réalisé qu’il pouvait atteindre le top 5 au classement final de la saison. Il a sérieusement redressé sa situation avec ses deux belles manches en Angleterre. Le championnat d’Europe EMX-250cc est une compétition très ouverte. La lutte pour le titre sera serrée personne ne sort réellement du lot. Une quinzaine de pilotes peuvent atteindre des podiums. »

 

 

Vendredi, Juin 6, 2014